Latest...

Bassek Ba Kobhio et la Survie du Cinema au Cameroun

 

Le 9 octobre, les 180 fauteuils de la salle “bleue” du LUX embarqueront au Havre, destination le Cameroun pour la création de deux nouvelles salles de cinéma.

Dans les travaux de rénovation qui s’achèveront à la fin du mois, outre la rénovation de la façade et la restructuration du hall, le cinéma Lux remplace une partie de ses fauteuils. Membre du réseau Europa Cinémas, l’établissement a été mis en relation avec l’association Ecrans Noirs qui, au Cameroun et en Afrique Centrale, milite pour le maintien d’une activité cinématographique.

Sensible aux difficultés que rencontre les populations des différents pays africains (le Lux a, pendant 10 ans et jusqu’aux événements récents, organisé bénévolement une tournée cinématographique au Mali), l’association du Cinéma Lux a trouvé là l’occasion d’une nouvelle coopération et le début d’une entraide entre deux associations engagées dans la promotion et la diffusion du 7e Art.

Les fauteuils du cinéma Lux

 

Le Cameroun a perdu toutes ses salles en 30 ans
Délégué Général de l’association Ecrans Noirs, écrivain et réalisateur de trois films distribués en France (Sango Malo, Le grand Blanc de lambaréné, Le silence de la forêt), Bassek Ba kobhio est un militant engagé dans la vie cinématographique de son pays, dans un contexte plus que difficile. Le Cameroun est passé de 148 salles en 1980 dans tout le pays à zéro aujourd’hui.

Bassek Ba kobhio cherche à faire survivre le cinéma dans son pays, via l’association Écrans Noirs dont les actions touchent à la fois la production, la formation, la diffusion et l’animation autour du Cinéma par l’organisation de projections itinérantes et d’un festival annuel de cinéma qui en était à sa 16e édition cette année.

Bassek Ba kobhio a également initié la création de l’Institut Supérieur du Cinéma et de l’Audiovisuel de l’Afrique Centrale à Yaoundé, qui dispense des formations en vue du BTS audiovisuel. Son projet de réouverture de salles vise à rétablir une programmation quotidienne de films, pour faire vivre la cinéphilie au Cameroun mais aussi soutenir de jeunes réalisateurs camerounais dont les films pourront ainsi être diffusés en salles.

Source

Les fauteuils du LUX sont donc destinés à deux de ces salles. Entreposés dans un garage par une poignée de bénévoles, ils seront transférés dans un container le 9 octobre et embarqueront au Havre dans la foulée, destination Douala au Cameroun.

la Manche Libre

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s